... alias CHAMFORT

Publié le par valérie

citations "Moi, tout; le reste, rien: voilà le despotisme, l'aristocratie et leurs partisans. - Moi, c'est un autre; un autre, c'est moi: voilà le régime populaire et ses partisans. Après cela décidez."

"Ah! mon ami, je m'en vais enfin de ce monde, où il faut que le coeur se brise ou se bronze."


Sébastien-Roch Nicolas, qui prit par la suite le nom de Chamfort, républicain de la premiére heure , d'une terrible lucidité .
 né probablement à Clermont-Ferrand le 6 avril 1740 et mort à Paris le 13 avril 1794  il est  poète, journaliste etmoraliste français.
un homme comme il  y en a peu , un esprit fin et vif , un amoureux de la liberté qui  participera  activement à la révolution de 1789 .
un être plein de paradoxes , il se moque des princes et sera leur ami... il méprise la fortune et il devient riche ,misanthrope on recherche sa compagnie dans les salons, il se rit de l'ambition et sera célébre ...
 le paradoxe n'est-il pas le fait des grands esprits , pour lesquels rien n'est vrai ni faux ?  quand   l'envers n'est que l'autre endroit ...et que seul compte ce qui est juste et ce qui ne l'est pas . 
trés jeune , il obtient des prix de poésie à l'académie , il écrit des comédies pour le théatre français . Par sa réputation d'homme brillant et talentueux il obtient le poste de secrétaire du prince de condé , puis lecteur de la soeur du roi en 1789,  trés apprécié dans les salons avant la révolution , il est initié à la franc maçonnerie en 1778 , puis élu à l'académie française en 1781 .
l'été 1781, il entame une liaison avec Anne-Marie Buffon, veuve d'un médecin du comte d'Artois, un peu plus âgée que lui, qui fut le grand amour de sa vie. Au printemps 1783, le couple se retire dans un manoir appartenant à Madame Buffon, où celle-ci mourut brusquement le 29 août suivant.
.

 Chamfort est Dévasté par l'événement.

   il va transmettre son élan vital à  la révolution française qui l'enthousiasme !  lui qui déteste le despotisme .
les journeaux lui ouvrent leurs colonnes.
Mirabeau
le nomme rédacteur anonyme de son journal , il rédige aussi en partie ses discours et ses rapports , il sera aussi l'éminence grise de talleyrand . Avec eux il rejoint la societé de 1789 mais il n'y reste qu'un an et entre au club des jacobins .
Le 19 août 1792, le ministre de l'Intérieur, le nomma bibliothécaire de la Bibliothèque nationale, cependant que Manon Roland l'accueillait dans son salon. Il fut chargépar le ministre des Affaires étrangères Lebrun d'une correspondance secrète avec les indépendantistes irlandais, correspondance qui fut saisie lors de son arrestation.

En effet, pour s'être réjoui de la mort de Marat, il fut dénoncé le 21 juillet 1793 par un employé de la bibliothèque et emprisonné aux Madelonnettes, le 2 septembre, avec son neveu, l'abbé Barthélemy. Relâché deux jours plus tard sur ordre du Comité de sûreté générale, il demeure sous surveillance et tente en vain de se disculper. Le 9 septembre, il démissionne de la Bibliothèque nationale.

Toutefois, de nouveau menacé d'arrestation, il déclara qu'il ne pourrait supporter une journée de plus en prison , et tandis que l'on cogne à sa porte , il s'enferme dans son cabinet et essaye de se suicider  , il  fut sauvé par une intervention chirurgicale. Il ne s'était pas remis de ses blessures*** quand, fin janvier 1794, les poursuites à son encontre furent abandonnées. Très

affaibli, il s'éteignit le 13 avril suivant.

***La mort de Chamfort représente le comble du suicide raté. il se tire une balle dans le visage. Le pistolet fonctionne mal et, s'il perd le nez et une partie de la mâchoire, il ne parvient pas à se tuer. Il se saisit alors d'un coupe-papier et tente de s'égorger, mais malgré plusieurs tentatives ne parvient pas à trouver d'artère. Il utilise alors le même coupe-papier pour « fouiller sa poitrine » et ses jarrets. Épuisé, il perd connaissance. Son valet, alerté, le retrouvera dans une mare de sang. Malgré tous les efforts de Chamfort pour se supprimer, on parviendra quand même à le sauver. Il mourra quelques mois plus tard ...



*L'œuvre la plus célèbre et la seule lue de Chamfort a été publiée en 1795 par son ami Pierre Louis Ginguené : Maximes et pensées, caractères et anecdotes, tirée des notes manuscrites qu'il avait laissées de Maximes et Pensées et de Caractères et Anecdotes.

c'est précisement certains des aphorismes contenus dans cette oeuvre que je souhaite partager avec vous .

dans ce recueil il a cerné les plus imtemporels des travers humains , il a trés habilement épinglé à jamais , l'injustice , l'intolérance , l'hypocrisie et la vanité ; les préjugés , l'arrogance et l'ignorance , il a écrit ces mots délicieux :

" si l'on veut plaire en société il faut se résoudre à se laisser apprendre beaucoup de choses que l'on sait déja , par des gens qui les ignorent "



et encore " le public ! le public ! combien faut-il de sots pour faire un public ?"



avant d'aller plus loin appréciez ceci! c'est l'introduction de ces fameuses maximes

aprés ça , je n'ai plus trop gout d'enfoncer le clou , mais  il régne ces temps cis , la vanité, l'hypocrisie . ETC...


" toute vertu cesse d'en être une dés l'instant qu'on la nomme"


****************************************************

laissons ce cher Chamfort parler de l'homme moderne de 3 siecles !
"Tout homme qui, à quarante ans, n'est pas misanthrope, n'a jamais aimé les hommes."

"Préjugé, vanité, calcul, voilà ce qui gouverne le monde. Celui qui ne connaît pour règle de sa conduite que raison, vérité, sentiment, n'a presque rien de commun avec la société. C'est en lui-même qu'il doit chercher et trouver presque tout son bonheur."

"La sagesse fait durer, les passions font vivre."

"Le public est gouverné comme il raisonne. Son droit est de dire des sottises, comme celui des ministres est d'en faire."


"... la récompense de ces actions est dans le coeur de celui qui les a faites. Il semble qu'en nous les payant, on nous les ôte."

"Au lieu de vouloir corriger les hommes de certains travers insupportables à la société, il aurait fallu corriger la faiblesse de ceux qui les souffrent."

"A - Vous avez trop mauvaise opinion des hommes; il se fait beaucoup de bien.-B - Le diable ne peut pas être partout."


"C'est après l'âge des passions que les grands hommes ont produit leurs chefs-d'oeuvre, comme c'est après les éruptions

des volcans que la terre est plus fertile."


"Ce que j'ai appris, je ne le sais plus. Le peu que je sais encore, je l'ai deviné."

"Ce qui fait le succès de quantité d'ouvrages est le rapport qui se trouve entre la médiocrité des idées de l'auteur et la médiocrité des idées du public."   (à décliner dans tous les arts ...)

"De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui le font en silence."
"Il y a peu de vices qui empêchent un homme d'avoir beaucoup d'amis, autant que peuvent le faire de trop grandes qualités."

"Il y a plus de fous que de sages, et, dans le sage même, il y a plus de folie que de sagesse." "Il y a telle supériorité, telle prétention qu'il suffit de ne pas reconnaître pour qu'elle soit anéantie, telle autre qu'il suffit de ne pas apercevoir pour la rendre sans effet." "Il y a une mélancolie qui tient à la grandeur de l'esprit."

"Il faut être juste avant d'être généreux, comme on a des chemises avant d'avoir des dentelles."

"Il faut convenir que, pour être heureux en ce monde, il faut se résoudre à paralyser  la moitiée de son âme ."

"L'ambition prend aux petites âmes plus facilement qu'aux grandes, comme le feu prend plus aisément à la paille, aux chaumières qu'aux palais."

"Je demandais à M. de T... pourquoi il négligeait son talent et paraissait si complètement insensible à la gloire; il me répondit ces propres paroles: Mon amour-propre a péri dans le naufrage de l'intérêt que je prenais aux hommes." 

"Je vais faire semblant de ne pas mourir." 

"Il n'y a personne qui ait plus d'ennemis dans le monde qu'un homme droit, fier et sensible, disposé à laisser les personnes et les choses pour ce qu'elles sont, plutôt qu'à les prendre pour ce qu'elles ne sont pas." 

"La conviction est la conscience de l'esprit." 

"La fausse modestie est le plus décent de tous les mensonges." 

"la générositè n'est que la pitié des âmes nobles ."


"On est heureux ou malheureux par une foule de choses qui ne paraissent pas, qu'on ne dit point et qu'on ne peut dire." 


"la pire de toutes les mésalliances est celle du coeur ."


"la plus perdue de toutes les journées c'est celle ou l'on a pas ri"

chamfort

j'oubliai de vous prévenir que je ne suis pas à l'abri d'être victime d'au moins un des défauts que je cite !

Publié dans mes PAGES D'HISTOIRE

Commenter cet article

Jean-Yves 07/01/2009 10:08

Et merde j'avais écris un bon commentaire et pouf abracadabra plus rien... là j'enrage ... calme clame... mais merde quand même.

valérie 07/01/2009 13:27


ça arrive et ça me rend dingue quand ça arrive ...