giger

Publié le par valérie


H.R GIGER devant son bar -musée ,2000

à tokyo

 

ici voir peinture XVI eme  jérome bosch

ici voir peinture  XVI eme  peter breughel


le visage d'un homme qui sait de quoi il parle , même si, en l'occurence, il est silencieux !

***************************************************************************************************************************

début des années 60
*autoportrait à l'encre , 1962 : un sacré farceur ce giger !

*bas , tryptique à l'encre 1962
                                                                                                         


  





















*bas suite

*









       
sans titre , encre 1962
   
mére et son enfant encre et gouache 1962


                                                 
sans titres : encre 1962    , gouache et encre      
    
      





giger décrit une enfance dorée auprés d'une mére complice qui le fournit en matériel , et rien de plus .ci-dessous  un auto portrait daté de  1954... ça laisse songeur , non ?
il a alors 14 ans
 
********************************************************
giger en 1966

ce qui donne la série "un festin pour les psys"

machine à controler les naissances

sans titre

série non exhaustive
la haute societé

****************************************

  1973 , année trés prolifique !

porte de ....cuisine
porte d'entrée
*********
c'est en 1968 qu'il se consacre définitivement à l'exercice de son art  , son utilisation de l'aérographe , du noir et blanc , et ses personnages biomécaniques , marquent  un tournant dans l'iconographie de la science fiction

1973 aleph acrylique sur papier



détail
**********
en 1973 le groupe emmerson lake en palmer lui commande une pochette de disque pour l'album "brain salad surgery"

il fera, entre autres  une pochette pour le premier album solo de debby harry "koo koo  en 1981
ces deux pochettes seront reconnues par un grand magazine de rock comme 2 des meilleures du xx siecle .
pochette pour "atomic play boy"

giger et
*****le nécronomicon*****


le Necronomicon, originellement nommé Kitab al Azif (littéralement « Livre du musicien ») aurait été écrit vers 730  par le poète Abdul al-Hazred, souvent surnommé « l'Arabe dément » par H.P. LOVECRAFT, qui a écrit l'histoire de ce terrible livre qui rend fou ou qui tue!  c'est donc (probablement) une histoire fictive. selon le livre de lovecraft ,Le manuscrit original en arabe aurait disparu.

cet ouvrage aurait par la suite été  traduit en grec ancien vers 950, et c'est ce traducteur  qui attribua à l'œuvre le titre par lequel elle est la plus connue : Necronomicon, « l'image de la loi des morts », du grec nekros « cadavre », nomos « loi » et eikon « image ». Le patriarche de Constantinople , ou il fut traduit en grec, fit brûler toutes les copies grecques en 1050, mais quelques exemplaires auraient échappé aux flammes.

aprés moult péripéties ,en 1583 john dee et edward kelley  deux occultistes britanniques qui travaillaient pour le compte de l'empereur rodolphe II ,se seraient procuré un exemplaire du livre. John deeen publia une version anglaise, au préalable cryptée, en 1586 !


Plusieurs personnes supposées avoir lu le Necronomicon seraient en outre devenues folles ou auraient simplement disparu. Il existerait, ou aurait existé, un exemplaire du Necronomicon écrit avec du sang sur de la peau humaine.
lovecraft fera référence au nécronomicon dans plus d'une dizaine de nouvelles , et ses successeurs en font autant si bien que cette oeuvre de légende est citée plus de centaines de fois .

Giger fera un livre de peintures intitulé le nécronomicon
, s'est aprés l'avoir vu que ridley scott le contact pour le projet d'alien .
illustrations ci-dessous



*....ET GIGER CREA ALIEN....*
1980


planet alien
****************************************************





photocopie  retravaillée , rephotocopiée et retravaillée , il y en a des centaines comme ça !




site officiel ici
*
giger est également sculpteur

il a déployé un sens de l'humour macabre qui ne laisse pas indifférent
signes du zodiaque  capricorne
scorpion
balance
taureau
poisson
vierge
giger et ses créations

voir une partie du musée
sarcophage pour montre
une collection dispersée ailleurs que dans ce musée , qui comprend entre autres contorsionnistes  et multi organiques , des montres poignets, les signes du zodiaques  et de fabuleux fauteuils genre trones macabres .
ici deborah harry  photographiée dans un de ces fauteuils

portrait de sa femme carmen 1988
*******************************************************
l'artiste à aussi dessiné des jeux de tarot , en voici des extraits































il a travaillé sur  nombre de  projets cinématographiques, n'ayant pas abouti  comme il l'esperait, dont dune , poltergeist 2 , la mutante , death O et hellraiser in hell  ( liste non exhaustive ),
dont celui là :
  "capotes de l'horreur " en 1996



le labo de l'horreur machine à tuer (partiellement )! dans les capotes de l'horreur ,  appelée "cravate de stgall"















     acteurs  accrochés à des anneaux au dessus des capotes
femme de ménage attaquée par une capote
cranes d'animaux , latex et silicone, réalisation par giger
voir "killer kondom"
*********
peinture acrylique sur papier  , années 80
temple entrée  , détail passage à la vie

suite : GIGER ET LA CENSUREgiger à la plage

Publié dans mes PAGES D'HISTOIRE

Commenter cet article

fubuki 05/06/2009 17:17

Il me facine cet artiste, il m'a beaucoup inspiré étant jeune. le coté morbide sans doute. bref je l'aime toujours autant.

Jean-Yves 10/03/2009 15:10

EFFRAYANT... hi hi hi mais j'ai adoré les films ALIENS.Jean-Yves

valérie 10/03/2009 18:31


....que c'est bon d'avoir peur en étant bien à l'abri


vita 28/02/2009 08:47

Impressionnant...Je découvre....fascinant et inquiétant....VITA

valérie 28/02/2009 16:04


en effet , j'avais du mal à trouver un qualificatif...


Vincet 25/02/2009 10:22

Bon article.Par contre sur wiki à propos des films, j'ai lu qu'il y en avait deux autres qui avaient aboutis:"
La participation de Giger à d’autres films se limite à Poltergeist II (1986), sur lequel il ne parvint pas à imposer la démesure macabre conçue pour une scène d’invocation spectrale. Il travailla aussi sur une créature dont le résultat à l’écran laisse présager de ce que l’artiste avait prévu, quoique fugitivement.
Même chose pour La Mutante (Species - 1995) où la fin du film lui a échappé, des images de synthèse, trop graphiques et “propres” prenant le dessus. Une entité matricielle et meurtrière, où le gore s’allie à ses obsessions ésotériques, a contribué au succès relatif du film."
 
Bisous