POEME / JARDINS SECRETS ( rediffusion estivale)

Publié le par valérie

                                                                         








 
les    jardins secrets
 Sont ce monde végétal
 Où nos péchés détalent
Et perdent la boussole 
  les principes font le lest            
  du monde principal          

Et dans le crépuscule
 Courent les anges et les ondes 
  et les  rêves du monde.
 
 Ces rêves,
 rêves femelles,

 Se mélangent au soleil
 Qui traverse les feuillages
Peignant une dentelle,
 Ciselée de mirages.
 Qui blessent les demoiselles.  
       
         Dans le fond des jardins                 
   
Naissent nos vœux périlleux             
Des flux intemporels
 qui leur font un écrin.               
 
Les fleurs comme des présages
Fleurissent de hautes promesses
 Pour de lointains naufrages.
 

 Dans les jardins, le vert
 Peint met un monde à l’envers
 Dans une tasse de thé
Tout l’or du crépuscule
 Et les heures sans scrupules
 Creusent des ombres sur la pierre
Des ombres impressionnistes
 Ceux des taches, utopistes
Les pourpres coulent, sanguinaires.

  L’azur est l'immuable

 La buées des matins                    
   magiques d'amour plein                  
   
  L’ordinaire fait mine d’or,
Des instants éternels  Se trament, magnifiques.
 Langueur, pétales douceur,
 
absolvent  la souffrance
Et, s’écoule d’abondance

 Les visions d’un bonheur Qui éclate, jusqu'ailleurs.
Dans l’ombre d’un figuier
 Tant de filles ont pleuré
 Ces d’amours d’occasion
 Qui vous donnent le frisson
 Quand les esprits du songe
 Vous content des mensonges. 
 Dans ces jardins mystères
clôturés de barrières
 levées pour l'étranger                             
 énivré de tristesse                           
  il n'est pas invité
dans les jardins sacrés
ou dorment d'éternités
des contes de grand-méres                  
  l'étranger , l'importun
 cet hote                                  indésirable                                                  
Donnerait bien son âme
pour un peu de tendresse
                                   
il en tombe de son âme
Et Tombent de ses yeux las
Des miracles en pagailles
Les larmes diamantines
Du bonheur qui déraille
Alors des roses, marquises
Se dévoilent, exquises
Et des herbes indomptables
Prolifèrent à la diable.
Quand les pensées déclosent
Tout le soleil implose
Au fond de ma rétine
Un éblouissement.



















huiles 2003

Publié dans IMPUDIQUE: poémes

Commenter cet article

magsam 27/07/2009 14:21

cOUCOU quel belle toile colorée les couleurs sont splendide bon lundi bisous

valérie 05/08/2009 19:07


merci à toi sam , à bientôt


Rem 06/07/2009 18:19

J'ai seulement regardé les images....LOL

valérie 19/07/2009 11:03


fénéante va


COSAQUE 91 02/07/2009 17:31

Bonsoir, je viens de rejoindre "PENSEES D'AILLEURS" et viens à la découverte de ses membres.Je reviendrai visiter ton blog très bientôt. A+++

cerisette 01/07/2009 20:27

bravo pour tout le poèmes et les compositionsbisouscerisette

valérie 02/07/2009 14:21


c'est trés gentil merci ! désolée chui crevée j'ai trop chaud pour rester longtemps face à l'ordi


Brigitte 28/07/2008 13:06

Je me suis transportée dans ton jardinen cette fin de matinoù tout n'était que senteurset où reflétait le mot bonheurmais déjà, il faut vite que je courreet que j'arrête là ce petit discoursmerci pour ce moment de fraîcheurbisesLimpide

valérie 30/07/2008 01:40


bonjour
à bientôt , car j'ai beaucoup aimé ton blog